L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
déporté résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


Le camp de Choisel. Hommage aux internés et fusillés. Les photos de Maurice Guy


Neuf internés au camp de Choisel-Châteaubriant sont déportés à Auschwitz, dans le convoi du 6 juillet 1942. Lire dans ce blog l’article «  Du camp de Choisel à Auschvitz, via Compiègne ».  
Maurice Guy à Choisel

L’un d’eux, Maurice Guy fait parvenir à son épouse une série de photos et de négatifs pris au camp de Choisel et sur lesquels figurent des internés qui seront fusillés le 22 octobre 1941 ou plus tard, comme Pierre Rigaud, le 7 mars 1942, ou encore déportés. Ces documents été transmis à son petit-fils.
Camp de Choisel. Photo légendée par Maurice Guy
Si deux photos - légendées de sa main au verso (ci-contre et ci-dessous) -, sont identiques à la collection de Daniel Tamanini publiées par l'Amicale de Châteaubriant, d’autres semblent totalement inédites (il s’agit en effet de négatifs à partir desquels Olivier Guy a réalisé des tirages). 
Au verso de la première photo (1), Maurice Guy a mentionné les noms de 14 internés au camp de Choisel à l’été 1943. Il a connu la plupart d’entre eux à Gennevilliers, à Fontevraud ou à la maison centrale de Clairvaux. Avec une accolade, il indique que 6 de ses camarades ont été fusillés à Châteaubriant ou à Compiègne. 
1. Jean Grandel, 50 ans, employé des PTT, maire communiste de Gennevilliers, conseiller général communiste de la Seine, secrétaire de la Fédération postale de la CGT. Maurice Guy, conseiller municipal de Gennevilliers depuis 1934, a milité avec lui.
2. Guy Môquet, 17 ans, fils de Prosper Môquet. Interné à Clairvaux, puis à Choisel, fusillé le 22 octobre 1941. Il refuse que ses camarades intercèdent en sa faveur en raison de son jeune âge. « Je suis communiste autant que toi » déclare-t-il au docteur Ténine.
3. Jean-Pierre Timbaud, secrétaire de la Fédération des Métaux CGT de la Région parisienne. Interné à Clairvaux, puis à Choisel, fusillé le 22 octobre 1941.
4. Maurice Ténine, conseiller municipal communiste de Fresnes. Interné à Clairvaux, puis à Choisel, fusillé le 22 octobre 1941.
5. Victor Renelle, ingénieur-chimiste, chef de laboratoire, syndicaliste sans-parti, créateur du syndicat des techniciens des industries chimiques. Interné à Clairvaux, puis à Choisel.. A Châteaubriant il refuse une libération qui aurait comme condition de devoir travailler pour les Allemands. 
6. Pierre Rigaud, secrétaire de Maurice Thorez, transféré de Clairvaux à Châteaubriant, puis au Frontstalag 122 à Compiègne, où il est fusillé le 7 mars 1942.

Les noms des 14 internés connus de Maurice Guy
Les 8 autres internés.

7. Maurice Simondin : ouvrier tourneur ; secrétaire des Jeunesses communistes de Gennevilliers en 1939. Transféré à Voves, il est responsable du bâtiment des douches. C’est de là qu’est creusé un souterrain de 130 mètres de long. Dans la nuit du 5 au 6 mai 1944, il s’évade en compagnie de quarante et uns autres internés. Secrétaire de la section du PCF de Gennevilliers de 1945 à 1955 ; conseiller municipal puis adjoint au maire de Gennevilliers (Le Maîtron).
8. Guérino Scolari : « Rino », militant communiste, tourneur, interné à Clairvaux, puis à Choisel, est transféré au camp de Voves d’où il s’évade avec deux autres internés en chloroformant le gendarme qui s’occupait des cochons le 10 février 1944.
Il reprend immédiatement contact avec les FTPF et devient successivement chef de détachement, de bataillon, de région. Le 17 juin 1944, homologué Lieutenant-colonel par le Général Koenig (sous le nom de Colonel Froger), il fait partie de l’Etat-major du Colonel Rol-Tanguy et joue un grand rôle dans l’organisation de l’insurrection parisienne.
9. Roger Sémat : un des plus jeunes internés communistes, avec Guy Môquet avec lequel il s’est lié d’amitié.
10.Jean Mercier : militant communiste de Clichy-la-Garenne. Parain de Guy Môquet, qui le cite dans ses lettres d’adieu, il fut maire de Clichy à la Libération, jusqu’en 1947. Conseiller général jusqu’en 1959.
11. Jean Martin : Militant communiste de Choisy-le-Roy. Déporté au camp de Neitzweiler-Struthoff le 24 janvier 1943. Rescapé.
12. Le Naourès : Il est peut-être le frère ou l’époux de Marie Le Naourès, de Limeil- Brévannes, incarcérée en juillet 1942 à la prison, décédée des suites des mauvais traitements peu après sa libération, en 1945.
13. René Sentuc : chauffeur de taxi, militant syndicaliste CGTU, militant communiste. Conseiller municipal de Malakoff de 1929 à 1940. Interné à Clairvaux, puis à Choisel, il est transféré au camp de Voves, d’où il s’évade en 1943. Repris, il s’évade à nouveau, le 6 mai 1944. Commissaire (capitaine Bernard) d’un effectif FTPF dans la région Paris-Sud, il est muté ensuite à l’état-major du colonel Fabien. Il devient vice-président du comité local de Libération de Malakoff et 1er  adjoint au maire en mai 1945. Secrétaire de la section locale du PC. Réélu en 1948, 1953 et 1959, mandats durant lesquels il assuma des fonctions d’adjoint, puis en 1965. 
14. Auguste Pioline : Membre du Parti communiste depuis 1936, il fut arrêté le 30 août 1940 pour avoir distribué des tracts devant son usine. Interné à la prison de la Santé jusqu’en octobre 1940, libéré au bout de neuf jours puis repris le 9 novembre 1940. Transféré dans les camps d’Aincourt, de Fontevrault, de Clairvaux, de Châteaubriant, de Voves, de Pithiviers, de l’Ile de Ré et enfin de La Rochelle, il parvint à s’évader le 15 mai 1944. Il fut arrêté le 15 juin 1944 à Saint-Germain-de-Prinçais (Vendée) et déporté vers l’Allemagne, à partir de Compiègne, le 2 juillet 1944. Il arriva au camp de Dachau le 5 juillet 1944 où il est libéré le 11 mai 1945. 

Une deuxième photo légendée par Maurice Guy est signée par 7 survivants le 20 décembre 1941 en hommage aux fusillés. 



Elle est prise à l'occasion de la finale du tournoi d'échecs organisé au camp de Choisel en septembre 1941.

Rangée du haut : 
Laroubine, Legeay, Dolly, Dumoulin, Pourchasse, Môquet, Thoretton, Auffret, Feld, Robin.
Rangée du milieu :
Guy, Leguy, Granet, Tibet, Leseul.
Rangée du bas : 
Chevroton, Michels, Scolari, Le Hen,Ténine.

Les fusillés

1. Charles Michels : syndicaliste de la Fédération unitaire des cuirs et peaux CGTU dont il devient secrétaire en 1929. À ce titre, et également comme dirigeant de la FSGT. Militant communiste, député du 15ème arrondissement à Paris,
2. Maurice Ténine : conseiller municipal communiste de Fresnes. Interné à Clairvaux, puis à Choisel, fusillé le 22 octobre 1941.
Photo signée par 7 internés en hommage aux fusillés
Nous avons reconnu les signatures de Maurice Guy, Adolphue Legeay, Louis Dolly, Robin, Rino Scolari et Le Hen.
3. Désiré Granet : adhérent des Jeunesses communistes. En 1927 secrétaire de rayon. Syndicaliste, il dirige en 1936 les grèves à Vitry. Il écrit dans sa dernière lettre : « Nous sommes ici vingt-sept qui, dans un instant, seront exécutés ; leur courage à tous est magnifique ».
4. Henri Pourchasse : Métallurgiste, secrétaire adjoint du syndicat de la section technique des machines à la Ville de Paris, secrétaire de la cellule communiste de l’usine des Eaux où il travaillait. Arrêté à la fin août 1939, condamné à trois mois de prison puis mobilisé jusque en juillet 1940. Le 20 janvier 1941, à nouveau arrêté pour reconstitution illégale d’un syndicat CGT à son lieu de travail, la Compagnie des Eaux. Incarcéré à la Santé puis interné au camp de Châteaubriant, il est fusillé le 22 octobre 1941.
5 : Guy Môquet : 17 ans, fils de Prosper Môquet. Interné à Clairvaux, puis à Choisel, fusillé le 22 octobre 1941.
6. Jules Auffret : Maire-adjoint de Bondy de 1935 à 1939. Conseiller général de Noisy-le-Sec. Secrétaire général de la région communiste de Paris-Est (1937-1939).
Arrêté le 18 décembre 1939, emprisonné, il est transféré au camp de Châteaubriant le 15 mai 1941. Il est fusillé le 22 octobre 1941.
7 : Georges Thoretton, 27 ans, ajusteur d’aviation. Militant communiste.  Arrêté le 20 janvier par des policiers d’Asnières, comme « meneur communiste actif » et interné à la maison centrale de Clairvaux. Georges Thoretton  est transféré au camp de Châteaubriant le 14 mai. Il est fusillé le 15 décembre 1941.

Les autres internés de la photo (en cours de recherche) : 

Legeay Adolphe.  Transféré à Voves, il s’en évade le 15 août 1942 caché dans une malle en osier. Le 25 août, il rejoiint les FTP.  Chef de détachement à partir d’octobre 1942, il devient en juin 1943, commissaire aux effectifs pour l’Ile de France. Il dirige aussi le détachement « Alsace-Lorraine ». Il organise plusieurs actions parmi lesquelles le 2 octobre 1943, Porte d’Italie, l’attaque d’un autobus SS, le 5 octobre, place de l’Odéon, l’attaque d’un détachement allemand qui se solde par une vingtaine de morts et blessés ou encore le 8 octobre 1943, l’attaque d’un restaurant allemand au coin de la rue de l’Étoile. Nommé commandant en décembre 1943 par le comité militaire national des FTP, il est blessé et arrêté au cours d’une opération suivie d’un affrontement avec les hommes des Brigades spéciales le 7 mars 1944 à la gare de Nogent-le Perreux. Livré aux Allemands, torturé, il doit être transporté à l’hôpital de la Pitié d’où il tente de s’évader. Transféré à Fresnes, il est condamné à mort par un tribunal militaire allemand le 19 mai 1944. Conduit au camp de Compiègne, il est déporté vers Neuengamme. Évacué au moment de la Libération vers Lubeck, il s’évade avant le bombardement par les Alliés des navires où étaient entassés les déportés. Il  est libéré en mai 1945 par les Britanniques (Le Maitron). 
Laroubine Camille :  Arrêté 5 octobre 1940. Interné à Aincourt, Choisel puis Voves le 7 mai 1942. Le 18 novembre 1943 il fait partie de l'important convoi d'internés (711) dirigés sur Pithiviers. Il est décédé le 21 mars 1994 à l’âge de 98 ans. (Arbre généalogique de Tarragona).
Dolly Louis : Electricien. Militant communiste . Maire-adjoint de Villejuif avant guerre. Résistant, interné à Choisel. transféré à Voves puis au camp de Pithiviers d’où il s’évade. Quatre de ses tentatives d’évasion avaient échoué dans différents lieux. Trois mois de travail lui permirent de creuser un souterrain de dix-huit mètres et de rejoindre la Résistance active le 14 mars 1944. A la libération il devient maire de Villejuif, remplaçant Georges Lebigot, déporté et mort à Auschwitz.Conseiller général de 1953 à 1973 (Le Maitron)..
Dumoulin Charles : Typographe. Chargé de l’impression et distribution de tracts clandestins, collage d’affiches, du recrutement et de l’organisation des Comités populaires et de chômeurs. Arrêté le 5 octobre 1940 à Paris 4ème. Interné à Poissy, Aincourt, Châteaubriant, Voves, Pithiviers, La Rochelle. Evadé du camp de La Coubre le 18 août 1944. Il est décédé le 8 janvier 1984 à Toulon (Amicale de Châteaubriant-Rouillé-Voves) .
Tibet Joseph :  Militant communiste de Chaville, résistant emprisonné pour son action fut ensuite conseiller municipal de Chaville (Le Maitron).
Leseul : Il s'agit peut-être de Fernand Leseul qui, en janvier 1937, était le secrétaire général de l’Union locale CGT de Gaillon.

Le Hen Pierre : né le 27 novembre 1894 à Inguiniel (56), ancien de 14/18, dirigeant de la section du PCF de Limeil, est arrêté le 13 octobre 1940. Interné aux camps d’Aincourt, de Châteaubriant et de Voves, il est déporté depuis le camp de Compiègne à Neungamme le 21 mai 1944. Il meurt au camp le 19 juin 1944. (Limeil Brévannes, son histoire, avenue Pierre et Angèle Le Hen, page 32).
Nous n'avons pour l'instant pas trouvé d'information concernant Robin, Leguy, Leseul, et Chevroton

Camp de Choisel. Maurice Guy à Gauche, en short.
Une autre photo, non légendée, a été transmise à l'épouse de Maurice Guy. Il y figure à gauche de l'image, en short. 

Le défilé
Défilé Burlesque / négatif Olivier Guy
Défilé burlesque / négatif Olivier Guy

Les photos suivantes montrent un défilé burlesque. Les « spectateurs », des internés, sourient. Fernand Grenier qui s’évadera le 18 juin 1941, dans son livre « C’était ainsi » explique l’origine de ces manifestations festives dans le camp.
Il raconte l’installation des internés après Fontevraud et Clairvaux (à partir du 15 mai 1941) : « Le camp ne fonctionne que depuis peu et le commandant, un capitaine de la coloniale est débordé. II dispose d’assez de gendarmes pour assurer les gardes, les rondes, la surveillance… Par contre, l’ensemble du personnel civil qui lui est dévolu pour assurer les services intérieurs ne dépasse pas dix personnes ; force lui est de faire appel aux internés eux-mêmes pour suppléer à l’insuffisance de ses effectifs.
Vous désignerez, dit-il dès l’abord, un responsable par baraque. Il demande si nous serions capables d’organiser nous-mêmes la cuisine, les réfectoires, la buanderie. Devant notre réponse affirmative : Bien ; je vous remets en bloc vos rations, vous faites la cuisine et vous la distribuez vous-mêmes. Et le tout sera à l’avenant (...)
Défilé à Choisel
Défilé à Choisel
Rapidement l’organisation est au point Dans chaque baraque, on a désigné le tour de rôle des « hommes de corvée » (…) Les détails « sont examinés, discutés, mis au point par des groupes de camarades s’occupant spécialement de telle ou telle question : éducation politique et culture générale (l’organisation des cours et des conférences), santé (visites, soins, organisation de l’infirmerie), sports (séances matinales de culture physique, formation d’équipes), ravitaillement (menus quotidiens, organisation de la cantine), loisirs (organisation de fêtes, création d’une société de « bigophones », d’une chorale), etc.
Nous ignorons pour l’instant la date de cette fête : les vêtements laissent plutôt penser à l’hiver (on note un cache-nez et plusieurs internés ont les mains dans les poches).
  • Note 1 : Cette liste de noms n’a pu être écrite qu’au camp de Compiègne et après la date du 7 mars 1942, étant donné que Maurice Guy qui a été transféré à Compiègne le 7 février 1942 a indiqué en face du nom de Pierre Rigaud la mention « fusillé ». Or, c’est le 7 mars que Pierre Rigaud est fusillé à Compiègne.
Sources
  • Photos : archives (photos, lettres) de la famille Guy, transmises en octobre 2016 par son petit-fils, M. Olivier Guy (septembre et octobre 2016).
  • Amicale de Châteaubriant-Rouillé-Voves. Biographies.
  • Le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Claude Pennetier (dir), éditions de l’Atelier, CD-Rom édition 1997. Edition informatique 2016.
Claudine Cardon-Hamet et Pierre Cardon (octobre 2016)

Aucun commentaire: