L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
Déporté Résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


DUCASTEL Lucien


Lucien Ducastel avant guerre

Lucien Ducastel en 2006


Matricule "45491" à Auschwitz

Rescapé

Lucien Ducastel est né le 28 août 1920 à Darnetal (Seine-Maritime), d’un père chaudronnier sur un chantier de réparation de bateaux et d’une mère ouvrière du textile. Il habite au Petit-Quevilly avec ses parents.
Il a son Certificat d'études primaires (CEP) à 12 ans. D'abord apprenti charcutier pendant trois ans et demi, il travaille à partir de 1934 dans le bâtiment dans une entreprise de travaux publics, puis dans la métallurgiste. Il est ouvrier d'usine en 1936 et participe aux grèves et aux manifestations du Front populaire . Il adhère à la CGT. Il rejoint la Jeunesse communiste (JC) en 1937 dont il diffuse le journal l'Avant-Garde.
Pendant l'Occupation, Lucien Ducastel poursuit clandestinement ses activités. Il imprime et diffuse des tracts de la JC. Il hisse en octobre 1941, le drapeau tricolore sur la caserne Tallandier du Petit Quevilly.
Le 21 octobre 1941, à une heure du matin, il est arrêté à son domicile par des policiers allemands et français, dans le cadre d’une rafle organisée dans tout le département, et ordonnée par l’occupant à la suite du déraillement d’un train de marchandises dans la nuit du 19 au 20 octobre dans le tunnel de Pavilly.
Lire dans le blog : Le "brûlot" de Rouen
Il est interrogé par la police et incarcéré à la caserne Hatry de Rouen. Les autorités allemandes le transfèrent avec ses camarades arrêtés dans la même rafle au camp de Royallieu à Compiègne, le 30 octobre 1941. Il est enregistré sous le numéro  2080.

Lucien Ducastel figure sur la liste des communistes du camp de Compiègne, nés entre 1912 et 1922, "déportables" en application de l’avis du 14 décembre 1941 prévoyant la déportation à l’Est de 1000 Juifs et 500 jeunes communistes.

Depuis ce camp, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, voir les deux articles du blog : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».
Cf Article du blog : Les wagons de la Déportation
Il est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les «judéo-bolcheviks» responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le Parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941.
Lucien Ducastel est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro 45491.
Il reste neuf mois dans l'enfer de Birkenau où il est affecté aux kommandos les plus durs : creusement des canaux, terrassement, montage des baraques. Il échappe au dernier moment à deux sélections pour la chambre à gaz comme “inapte au travail". Il endure pendant dix nuits un emprisonnement en cellule pour avoir été «porteur d’un couteau sabre». Il s’agit en réalité d’une lame de zinc de 5 centimètres, servant, dans les meilleurs jours, à étaler la margarine sur une demi-portion de pain.
Lucien Ducastel est ramené au camp principal, le 17 ou 18 mars 1943 (ils sont dix-sept “45.000” rescapés de Birkenau à cette date : 7 autres de ses camarades les rejoindront en août. (c.f. Liste dans « Triangles rouges » page 225).
Epuisé, il rentre à l’infirmerie où il échappe à une autre sélection, grâce à la complicité de membres de la Résistance intérieure du camp..Après la quarantaine au block 11 des déportés politiques français au premier étage de la prison du camp (entre le 14 août et le 12 décembre 1943, lire l’article dans le blog, on l’affecte, pendant quelques semaines au Kommando “Service des civils”.
Le 7 septembre 1944, il est transféré à Gross-Rosen (matricule 40992), puis transféré entre le 8 et le 11 février 1945 à Dora, jusqu’à l’évacuation de ce camp le 11 avril 1945. Il est ensuite acheminé sur Ravensbrück dans un de ses camps annexes. Au cours d'une marche meurtrière, il est libéré par les troupes soviétiques le 2 mai. Il regagne Paris le 25 mai 1945.
Le titre de «Déporté politique» lui est attribué.
Il recommence à travailler après une longue convalescence, se marie et devient le père d’une petite fille. Il reprend ses activités au sein de la Jeunesse communiste puis du Parti communiste français et à la CGT. En 1948, il est fait partie du secrétariat de la Fédération communiste de Seine-Inférieure. Il est le premier adjoint au maire du Grand-Quevilly. Après son installation à Nanterre à la fin des années 50, il est un proche collaborateur de Gaston Plissonnier, secrétaire du Comité central du PCF. Il milite à la Confédération nationale du logement (CNL) des Hauts-de-Seine dont il devient le responsable fédéral.
Le 26 juin 1960, avec Germaine Pican, Robert Gaillard, Louis Jouvin et Louis Eudier, il organise au Petit-Quevilly la première rencontre des «45000» et des «31000» (convoi de femmes du 24 janvier 1943) qu’ils avaient pu retrouver. 
Avec Robert Jarry et Fernand Devaux le 6 juillet 2002
Lucien Ducastel  milite activement au sein des associations qui œuvrent pour la Mémoire. 
Il est l’un des fondateurs de l’association «Mémoire Vive des convois du 6 juillet 1942 et du 24 janvier 1943 d’Auschwitz-Bikenau».
Lucien à Varsovie, 1987
Lucien Ducastel participera a de nombreux pèlerinages à Auschwitz
Fernand Devaux, André Montagne et Lucien Ducastel
à la remise de la Légion d'honneur d'André Montagne
Avec trois autres «45000» (Fernand Devaux, Georges Dudal, André Montagne) il passe de nombreuses journées pour m’aider à comprendre, évaluer, trier les témoignages recueillis en vue d’écrire l’histoire de son convoi. Chacune de ces séances a été pour ces quatre rescapés, une douloureuse épreuve leur faisant revivre l’enfer d’Auschwitz-I et de Birkenau.
Très attaché à transmettre à la jeunesse son message de paix, de fraternité et les valeurs de la Résistance, Lucien Ducastel a porté inlassablement son témoignage dans un millier d’établissements scolaires. 
Il a été décoré à ce titre du ruban de chevalier des Palmes académiques.
Lucien Ducastel est mort le 16 février 2012.

Sources

  • Recensement des jeunes communistes du camp de Compiègne aptes à être déportés "à l’Est" en application de l’Avis du 14 décembre 1941 du Commandant militaire en France, Otto von Stülpnagel (Archives du CDJC).
  • Récits et cassette audio.
  • Questionnaire biographique (contribution à l’histoire de la déportation du convoi du 6 juillet 1942), envoyé aux mairies, associations et familles au début de mes recherches, en 1987, rempli par Lucien Ducastel (20 janvier 1988).
  • Fichier national du Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BACC), Ministère de la Défense, Caen.
  • Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Le Maitron, Claude Pennetier (dir.), éditions de l’Atelier, CD-Rom. Tome 26, page 73, article Philippe Robrieux.
  • Photo Varsovie, pélérinage à Auschwitz 1987 @ Claudine Cardon-Hamet
  • Interview de Lucien, Ducastel  par Katja Sporber, vidéo in European Resistance Archive . publiée sur Internet le 12 janvier 2006.
  • Photo  remise de la légion d'honneur d'André Montagne. © Pierre Cardon.
  • © Photo de Lucien Ducastel, Robert Jarry et Fernand Devaux, le 6 juillet 2002 à Montreuil, pour l’inauguration de l’allée des « 45000 » in « Mémoire Vive » n° 19 de juin 2003 page 9, lettre de l’association des 45000 et des 31000 d’Auschwitz-Birkenau.
Biographie rédigée en janvier 2001 et modifiée en février 2012 par Claudine Cardon-Hamet (docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005) et de Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphe, Paris 1997 et 2000 (épuisé), qui reproduit ma thèse de doctorat (1995).
Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie.
Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com. Pensez à indiquer les sources et éventuellement les documents dont vous disposez pour confirmer ces renseignements et illustrer cette biographie.

Aucun commentaire: