L'histoire du convoi du 6 juillet 1942, écrite en 1994 par Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d'une thèse de doctorat, prend
le relais des premières recherches menées entre 1970 et 1986 par Roger Arnould
Déporté Résistant et ancien documentaliste de la Fédération Nationale des Internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)


BERNHEIM Armand




Matricule "46268" à Auschwitz

Armand Bernheim est né le 7 juin 1896 à Seppois-le-Bas (Haut-Rhin). Il est le fils
de Léon Bernheim et Rosa Brunschwig. Fleuriste, Il habite rue Saint-Jean à Caen au moment de son arrestation.
La liste des Juifs à arrêter
Conscrit de la classe 1916, on trouve son nom et son numéro d'enregistrement (N° 262) sur la liste des engagés volontaires à Caen. Mais sa fiche matricule semble avoir disparu des registres (demande effectué en 2016 auprès des archives du Calvados... et confirmation de la disparition de la fiche).
Son nom est cité dans deux correspondances datées des 25 et 27 février 1942, entre le SS-Obersturmführer Theodor Dannecker et le SS-Hauptsturmführer Heinrich Müller, relative à l'arrestation prévue d'hommes juifs dans les régions de la Manche et du Calvados, suivie d'une liste des Juifs concernés par la rafle prévue pour les mois à venir (note 1). 
Liste des Juifs arrêtés dans la nuit du 1er mai sur l'indication des Autorités allemandes 
et "remis" le 3 mai 1942 (document CDJC).

Il est arrêté le 2 mai 1942 par la police française, comme otage Juif.
Armand Bernheim figure en effet sur la liste de 120 otages « communistes et Juifs » établie par les autorités allemandes. Son arrestation a lieu en représailles au déraillement de deux trains de permissionnaires allemands à Moult-Argences (38 morts et 41 blessés parmi les permissionnaires de la Marine allemande à la suite des sabotages par la Résistance, les 16 et 30 avril 1942, de la voie ferrée Maastricht-Cherbourg où circulaient deux trains militaires allemands. Des dizaines d’arrestations sont effectuées à la demande des occupants. 
Lire dans le blog : Le double déraillement de Moult-Argences et les otages du Calvados (avril-mai 1942) et la note du Préfet de Police de Paris à propos du sabotage de Moult-Argences : Collaboration de la Police français (note du Préfet de police, François Bard).
Lire le récit de Marcel Cimier, qui est dans la même cellule que lui la première nuit suivant leurs arrestation "Dans ma cellule nous étions quatre, j'étais avec trois juifs français, le docteur Pecker que je connaissais depuis longue date, un fleuriste de la rue St Jean et dont je ne me souviens plus du nom et un contrôleur des indirects nommé Doktor...".  L'arrestation de Marcel Cimier à Caen.
Il est emmené de nuit à la Maison centrale de la Maladrerie de Caen, entassé avec d’autres militants arrêtés le même soir, au sous-sol dans des cellules exiguës.
A la demande des autorités allemandes, Armand Bernheim et ses codétenus sont conduits en autocars le 3 mai au «Petit lycée» de Caen occupé par la police allemande, où sont regroupés les otages du Calvados. On leur annonce qu'ils seront fusillés. Par la suite, un sous-officier allemand apprend aux détenus qu’ils ne seront pas fusillés mais déportés.  Après interrogatoire, ils sont transportés le 4 mai 1942 en cars et camions à la gare de marchandises de Caen. Le train démarre vers 22 h 30 pour le camp allemand de Royallieu à Compiègne le Frontstalag 122 (témoignage André Montagne). Armand Bernheim y est interné le lendemain soir en vue de sa déportation comme otage.
Depuis ce camp, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, voir les deux articles du blog : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».
Cf Article du blog : Les wagons de la Déportation
Armand Bernheim est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 ». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les « judéo-bolcheviks » responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le blog le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942.
Il est enregistré à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 sous le numéro "46268". Sa photo d’immatriculation à Auschwitz n’a pas été retrouvée parmi celles que des membres de la Résistance intérieure du camp avaient camouflées pour les sauver de la destruction, ordonnée par les SS peu de temps avant l’évacuation d’Auschwitz. 
Armand Bernheim meurt à Auschwitz le 15 août 1942 d’après les registres du camp.  
Il est officiellement décédé à Auschwitz le 11 juillet 1942, soient les 5 jours inscrits par le ministère après le départ du convoi en cas d'incertitude concernant la date de décès. (JO 2008 p.03620-24).

  • Note 1 : Dans sa lettre, le SS-Obersturmführer Dannecker demande la liste des détenus et souligne que les Juifs turcs, bulgares et hongrois ne peuvent pas encore être arrêtés. Il aimerait savoir par ailleurs où les épouses des hommes juifs arrêtés doivent être internées. Le SS-Hauptsturmführer Müller répond par une brève note et joint une liste de 34 Juifs domiciliés dans la région du Calvados et de la Manche. Il dit qu'il est prévu d'arrêter 100 hommes juifs âgés entre 18 et 65 ans aux alentours de Caen et qu'il est question de les interner. - Le camp d'internement n'est pas mentionné, ni la date d'arrestation. La liste comprend également des femmes juives, des Juifs de nationalité française, roumaine, hongroise, polonaise et turque (fonds Gestapo / CDJC / Mémorial de la Shoah).
Sources
  • Recherches au CDJC (Claudine Cardon-Hamet).
  • Fiche CAL : février 1992
  • Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres - incomplets – de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
  • Fichier national de la Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC), Ministère de la Défense, Caen.
  • Démarches auprès des archives de Caen, 2016.
Biographie rédigée en janvier 2001, complétée en 2017, par Claudine Cardon-Hamet (docteur en Histoire, auteur des ouvrages : Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000 (épuisé) et de Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Autrement, Paris 2005) à l’occasion de l’exposition organisée par des enseignants et élèves du collège Paul Verlaine d’Evrecy, le lycée Malherbe de Caen et l’association Mémoire Vive. Prière de mentionner ces références (auteur et coordonnées de ce blog) en cas de reproduction ou d’utilisation totale ou partielle de cette biographie. Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com
Pensez à indiquer les sources et éventuellement les documents dont vous disposez pour confirmer ces renseignements et illustrer cette biographie.

Aucun commentaire: